POUR NOUS ENVOYER VOS ORDONNANCES --> ONGLET "MON ORDONNANCE"------------
03 25 82 21 97

La diversification alimentaire

Les bébés, jusqu'à leurs 6 mois environ, reçoivent la plupart des nutriments dont ils ont besoin du lait maternel ou, à défaut, du lait « Premier âge ». Considéré comme le meilleur garant des défenses immunitaires de l’enfant, le lait maternel le protège contre la maladie et les infections jusqu’à son sevrage. Mais en grandissant, bébé voit ses besoins évoluer. Il faudra commencer la diversification alimentaire.  Voici quelques conseils pour réussir cette étape fondamentale dans la croissance de votre enfant.

Quand débuter la diversification ?

Les pédiatres conseillent en général de commencer la diversification alimentaire entre 4 et 7 mois, tout en gardant le lait comme aliment de base jusqu’au 1 an de l’enfant. Mais dans la pratique, le meilleur moment pour passer à la diversification sera celui « choisi » par votre enfant. Soyez à son écoute, de façon à repérer les signes indiquant qu’il est prêt à se lancer avec vous dans cette nouvelle aventure alimentaire.

Les signes qui ne trompent pas :

  • Votre enfant recommence à se réveiller la nuit : Il a peut-être un petit creux que les biberons n’arrivent plus à combler.  
  • Il pleure après les tétées ou les biberons : Le lait ne lui suffit peut-être plus.
  • Il est attiré par ce qui se trouve dans l’assiette des autres membres de la famille.
  • Il imite la mastication de ses aînés.
  • Il est capable de tenir assis et de tourner la tête pour refuser la nourriture.

Votre enfant vous semble prêt pour passer à la nourriture solide ? Alors…

C’est parti pour la diversification alimentaire

Les légumes

Quand ?

  • L’introduction des légumes pourra se faire au menu d’un des 4 principaux repas de la journée.

Conseil de cuisson : Afin de garder aux légumes tout leur goût et leurs vitamines, on privilégiera, la cuisson à la vapeur sans ajout de sel. 

Comment ?

  • Ajouter une ou 2 cuillères à café de légumes passés au mixer dans le biberon, et augmenter les doses progressivement tout en baissant celles de lait.
  • Proposer avant le biberon un peu de légumes mixés directement à la cuillère, et augmenter les doses progressivement tout en baissant celles de lait.
  • Choisir un légume par jour : légumes frais ou petits-pots mono-saveur. Changer de légume le lendemain pour diversifier et affiner les goûts de l’enfant.

 Lesquels ?

Légumes à privilégier

  • Épinards
  • Betteraves rouges
  • Blanc de poireaux
  • Brocolis
  • Carottes
  • Courgettes auxquelles on aura retiré la peau et les éventuels pépins
  • Haricots verts
  • Patate douce
  • Panais
  • Potirons ou potimarrons
  • Chair de tomates.

Légumes à donner en petite quantité :

  • Les jeunes pousses de bettes et d’endives
  • Les petits pois uniquement extra-fins.

Légumes à éviter :

  • Les légumes au goût trop prononcé : choux, poivrons…
  • Les légumes ultra riches en fibres : artichauts, aubergines, fenouil…
  • Les carottes en cas de constipation de votre enfant.  

Astuce :  si le goût d’un légume déplait à votre bébé, évitez de le forcer mais renouvelez l’expérience un autre jour. Jusqu’à ce qu’il l’accepte éventuellement voire même l’apprécie.

On passe au dessert : les fruits

Quand

Les fruits seront donnés de préférence avant le biberon ou la tétée du goûter.

    Astuce : Nous vous conseillons de commencer l’ajout de fruits dans l’alimentation de bébé, 1 à 2 semaines après celui des légumes. Cela évitera (peut-être ?) à votre bébé de se désintéresser des légumes après avoir testé des saveurs sucrées !  

    Comment ?

    • L’apport de fruits dans les repas de l’enfant se fera par l’intermédiaire de compotes ou de jus sans sucre ajouté.
    • Choisir un fruit distinct par jour : fruits frais en compote ou en jus, ou petits-pots mono-saveur.
    • Changer le lendemain pour affiner et diversifier les goûts de l’enfant.

    Lesquels ?

    Tous !

    Astuce : éviter l’ajout trop important de sucre dans vos préparations « maison ».  

    Des céréales

    Quand ?

    Selon les recommandations de certains nutritionnistes et pédiatres, l’introduction du gluten ne doit pas être brutale.

    • Entre le 4ème et le 7ème mois, des céréales 1er âge pourront être ajoutées au biberon du soir ou du matin.
    • A partir du 7ème mois, des céréales 2ème âge (avec gluten) pourront venir compléter l’alimentation de l’enfant.

    Astuce : La dose journalière conseillée est d’une cuillérée à café par mois d’âge. Si vous avez des doutes, n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien.

    Lesquels ?

    • Les céréales vendues chez votre pharmacien sont prévues pour être préparées avec du lait maternel ou infantile.
    • Il existe un large choix de goûts et de mélanges offerts par diverses grandes enseignes de l’alimentation infantile : multicéréales, biscuitée, avec ajout de plantes calmantes ou de miel …
    • Il faudra attendre les 6-8 mois de l’enfant pour intégrer ces aliments dans son alimentation (1 fois par jour).
    • Une à 2 fois par semaine, on pourra ajouter de l’œuf, au menu de bébé, à raison d’un demi-jaune ou le quart d’un œuf cuit dur. 

    La viande, le poisson et les œufs

    Quand ?

    • Il faudra attendre les 6-8 mois de l’enfant pour intégrer ces aliments dans son alimentation (1 fois par jour).
    • Une à 2 fois par semaine, on pourra ajouter de l’œuf, au menu de bébé, à raison d’un demi-jaune ou le quart d’un œuf cuit dur. 

    Comment ?

    On privilégiera le pochage, ou la cuisson en papillote. Le tout sera mixé et intégré aux légumes ou servi à côté de ces derniers.  

    Lesquels ?

    On optera pour des morceaux maigres :

    • Viandes :  veau, bœuf, poulet, lapin et jambon cuit sans couenne
    • Poisson : colin, sole, limande et merlan.