POUR NOUS ENVOYER VOS ORDONNANCES --> ONGLET "MON ORDONNANCE"------------
03 25 82 21 97

🛑POINT AU 6 MAI 2020🛑

On fait un point aujourd'hui sur la distribution de masques chirurgicaux aux patients les plus fragiles, puisque la presse a annoncé cette mesure dès hier soir.

⚠️Tout d'abord, et comme d'habitude, la décision a été prise sans aucune concertation avec les pharmaciens, et nous avons appris la mise en place de cette mesure (positive, il est vrai) pratiquement en même temps que vous, hier.

➡️Pour résumer, et d'après ce que l'on sait, la délivrance de masques aux patients le plus fragiles et aux patients contacts sera possible sur présentation d'une prescription médicale, dans la limite de 10 masques par semaine. (ce nombre sera apparemment modulé en fonction de la pathologie du patient).

⚠️⚠️⚠️MAIS :
Les choses ayant été faites à l'envers, comme d'habitude, nous ne disposons à ce jour d'aucun stock pour ces patients. l'URPS et l'ARS Grand-Est (organismes gérant la distribution des stocks de masques aux pharmaciens) ont comme nous été prévenus au dernier moment.
Les livraisons de masques chirurgicaux pour les patients fragiles n'interviendront pas avant la semaine prochaine.

De même, de nouvelles professions ont été ajoutées à la liste des pros de santé éligibles à la délivrance de masques :
➡️Les chirurgiens-dentistes
➡️Les professionnels en charge des prélèvements nasopharyngés des tests covid 19
➡️Les orthophonistes
➡️Les pédicures-podologues
➡️Les ergothérapeutes
➡️Les psychomotriciens
➡️Les audio-prothésistes
➡️Les opticiens lunettiers
➡️Les diététiciens
➡️Les orthoprothésistes et podo prothésistes

sauf que là aussi, aucune dotation supplémentaire de masques n'a été prise en compte afin que nous puissions fournir ces professionnels.
Donc là encore, aucune délivrance ne pourra être faite avant la livraison de la semaine prochaine.

Vous pouvez le constater, tout va encore très bien dans la gestion de cette crise sanitaire.

Pour avancer efficacement, il serait bon que les autorités sanitaires discutent avec les pros de santé, et notamment les pharmaciens, avant de prendre des décisions dans leur coin, et nous mettre au pied du mur. NON, nous ne sommes pas leurs larbins.

D'autre part, il serait aussi souhaitable que les médias se renseignent un minimum sur les délais d'application des mesures annoncées. Parce que là, vu ce qui a été publié / dit hier, tous les patients atteints de pathologie chronique vont se ruer dans les officines, et vont en ressortir bredouilles et énervés...